Crédit : www.mademoisellemaurice.com - Photo : Stève Siracuse

Des gobelets réutilisables pour boire plus écolo

 

Caroline Bettan, directrice générale de Newcy, en est également la cofondatrice. © Charlotte Seignard

Récupérer les gobelets des machines à café plutôt que les jeter, c’est l’idée qu’ont eue, en 2015, quatre étudiants en master Entreprenariat et Innovation de l’école de commerce ESC Rennes. Le but de ce cursus : développer un projet en équipe et le présenter à la fin de l’année. Caroline Bettan, Hugo Roy, Jérémy Renouard et Nicolas Douchet veulent créer une entreprise proposant des gobelets réutilisables pendant la pause-café. Grâce à cette invention, l’équipe a gagné le grand prix Pépite 2015, récompensant les projets étudiants.

L’aventure continue pour les quatre nouveaux entrepreneurs après leurs études, puisqu’en mai 2016 l’entreprise Newcy – pour new cycle – est officiellement créée. « Le plus gros du travail a été de faire en sorte que nos gobelets s’adaptent facilement à tous les distributeurs automatiques », souligne Caroline Bettan, cofondatrice et directrice générale de la start-up. Aujourd’hui, l’équipe est hébergée au sein du Village by CA, à Saint-Jacques-de-la-Lande, près de Rennes.

Un concept écologique et économique

Le concept de Newcy est simple : remplacer les gobelets jetables dans les machines à eau et à café par leurs gobelets recyclables. « Idéalement, nous encourageons les utilisateurs à utiliser toute la journée le même gobelet pour un meilleur impact environnemental », relate Caroline Bettan, en montrant un de ces petits verres bleus où figure le logo du Village by CA, de Newcy ainsi que la phrase « Réutilisez-moi ». Une fois la journée terminée, il suffit de mettre le gobelet dans le collecteur, un réceptacle spécialement conçu pour les récupérer. Les partenaires locaux, comme la Feuille d’Érable à Rennes, viennent alors récupérer les gobelets toutes les deux semaines, les laver et remettre des gobelets propres sur les lieux de consommation.

Pour les utilisateurs, il suffit de changer une habitude : au lieu de jeter son gobelet après chaque utilisation dans la poubelle, il suffit de le mettre dans le collecteur. François Cormier, directeur du Village by CA où est hébergée la start-up, avoue avoir eu des craintes concernant l’adoption du dispositif, mais elles ont été balayées au bout d’une semaine puisque « 100 % des habitants du Village ont pris le réflexe. » Le collecteur, qui trône au milieu du hall d’accueil, se remplit au fil de la journée de ces gobelets colorés.

Une analyse réalisée par O2M Conseil dévoile que Newcy obtient le meilleur impact environnemental comparé à toutes les autres solutions qui existent sur le marché : gobelets jetables en plastique, en carton, compactage et mugs.

La Golden Cup pour récompenser le changement

Un bonus est en jeu si l’entreprise adopte le concept : Newcy introduit un gobelet doré dans le distributeur de l’entreprise. Le salarié qui l’obtient remporte un coffret Penn ar Box avec des produits bretons. « L’idée est que le gagnant partage ces produits avec ses collègues, espère Caroline Bettan en rigolant. On reste dans un côté convivial de la pause-café. » Même si François Cormier trouvait ce concept « gadget » au début, il avoue fièrement que « cela participe à l’animation de la communauté. »

Un sourire au coin de la bouche, le directeur du Village by CA note également un bénéfice caché aux gobelets : « Quand on prend un café avec un gobelet normal, on se brûle les doigts. Ceux de Newcy sont plus agréables au toucher. Ça peut paraître superficiel mais c’est important car le café reste un moment de plaisir. »

Un avenir prometteur

Le prochain objectif de Newcy : couvrir l’ensemble du territoire d’ici 2020 et s’implanter dans les grandes villes de France comme Paris, Lyon, Toulouse, etc. « L’idée est de développer nos stations de lavage dans chaque ville et de recruter des personnes pour les gérer », appuie la directrice générale. François Cormier, lui, n’est pas inquiet pour l’équipe de Newcy : « Ces jeunes de 26 ans en moyenne sont plus matures que des entrepreneurs qui ont 40-50 ans. Pour moi, c’est un gage de réussite. »

Source : jactiv.ouest-france.fr.