Crédit : www.mademoisellemaurice.com - Photo : Stève Siracuse

Le deuxième effet du Cadeau Solidaire

Rappelez-vous… en février dernier je vous contais mon expérience du cadeau solidaire.

Et bien voici l’Episode 2 de cette belle aventure !

Elevages sans Frontières

Petit rappel :
Pour son anniversaire, j’avais offert à mon homme une poule et un coq à travers l’action “Cadeau Solidaire” d’Elevages sans Frontières.
Non pas que j’avais l’intention de monter un poulailler sur mon balcon, mais dans l’intention d’offrir un cadeau à quelqu’un qui en a vraiment besoin au lieu des traditionnels montres, parfums, chemises, week end ou autre diner gourmet.

Mon choix c’était donc porté sur un couple de volaille pour une famille au Bénin.

Quelle ne fut pas notre joie lorsque, 4 mois plus tard, Elevages sans Frontières nous envoyait des nouvelles de notre cadeau !

Nous avons découvert en mots et en image que nos galinacés avaient pris place dans un vaste projet d’offrir un élevage pour 340 famille du Bénin.
Regroupement et formation des éleveurs, constrution des poulaillers, obtention des statuts juridiques, et livraison des 3340 volatiles du projet… tout nous a été conté dans le menu détail avec de nombreuses images.

elevage esf

Le reporting se termine par le témoigange de Moïse, un éleveur béninois, que je ne résiste pas à partager avec vous :

« On m’appelle KLAN Moïse. Né à Gnidjazoun dans le département du Zou, je suis père

de 4 enfants. Je fais partie des nouveaux bénéficiaires de cette année. L’élevage de poulets

m’intéresse beaucoup mais faute d’argent pour démarrer je n’y arrivais jamais. Grâce à

l’appui d’ESF Bénin pour la construction d’un bâtiment d’élevage, de matériels d’élevage

et bientôt de géniteurs, je me retrouve aujourd’hui à la hauteur de mes objectifs qui

étaient auparavant presque impossibles à atteindre.

En effet, j’avais quelques têtes de poulets que j’élevais moi-même en divagation, sans

traitement ni vaccination. Après les explications que j’ai reçues d’ESF, je me suis rendu

compte que tout ce que je perds par an en argent et en viande du fait que je ne prends

aucun soin de mes animaux est énorme pour un paysan comme moi.

A présent, j’ai pris la résolution de faire face à la situation et de prendre cet élevage

comme une activité principale avec l’appui d’ESF.

Pour cela j’ai donné un large espace à cet élevage bien clôturé et pour me garantir la

sécurité j’ai ouvert la clôture de ma maison sur l’élevage.

Désormais , je veux vivre en permanence avec mes animaux.

Pour finir je dirai simplement merci aux donateurs qui se sont souvenus de nous.

Merci à vous tous ! »

Vous aussi vous avez des frissons ?
Eh oui, c’est ça le deuxième effet du don : le bonheur à retardement, l’émotion décuplée… et le sourire !

Crédits et photos :
Elevage sans Frontières : http://www.elevagessansfrontieres.org/