Crédit : www.mademoisellemaurice.com - Photo : Stève Siracuse

La Fashion Week de New York fait défiler les différences

NY 0

Nous en avions parlé chez PDS, le monde de la mode montrait déjà des balbutiements de changement, avec l’émergence de mannequins hors normes comme Aimee Mullins, le mannequin dont les jambes sont des prothèses, ou encore de Chantelle Winnie, atteinte de vitiligo (qui défilait d’ailleurs cette année pour Desigual à New York).

Il semble qu’aujourd’hui une révolution soit en marche, avec un changement de mentalité dans ce milieu souvent décrié pour ses diktats. En effet, cette année, la Fashion Week de New York a vu défiler des mannequins handicapés.

Au-delà des exigences commerciales et des égéries anorexiques, la fashion sphere sort des idées reçues et s’ouvre aux différences en faisant participer au show un mannequin trisomique, d’autres en fauteuil roulant et un homme amputé d’une jambe.

NY3

Ainsi, la designer Carrie Hammer, qui a lancé l’année dernière sa campagne Role Models Not Runway Models (« Des femmes modèles, pas des modèles de mode »), a invité sur son podium l’actrice trisomique Jamie Brewer, 30 ans, célèbre pour son rôle dans la série American Horror Story. En 2014, une amie de la créatrice, Danielle Sheypuk, défilait déjà en fauteuil roulant.

NY5

Jamie Brewer déclare ainsi dans The Independent : « Les jeunes filles et même les jeunes femmes [qui me verront] diront : “Si elle peut faire ça, je le peux aussi”. »

Sur scène, des mannequins en chaise roulante côtoient les valides du défilé FTL Moda, un collectif de designers made in Italy. Le show a été réalisé avec la Fondazione Vertical, une association italienne qui encourage la recherche pour soigner les lésions de la moelle épinière. L’agence britannique Models of Diversity qui, comme son nom l’indique, lutte pour une plus grande diversité dans les médias et sur les podiums, participe également à l’évènement. En ouverture du défilé, l’entraîneur sportif anglais Jack Eyers était le premier mannequin mâle à marcher sur un podium avec une prothèse en métal. Amputé de la jambe à l’âge de 16 ans, il défile pour Antonio Urzi, un couturier qui compte parmi ses adeptes Beyoncé et Lady Gaga. Jack Eyers déclarera au Daily Mail : « Je veux juste montrer qu’avoir un handicap ne doit pas être un frein. »

Ces initiatives laissent espérer un changement du paysage des podiums pour plus de diversité… une diversité comparable au « monde réel » en dehors du luxe standardisé et aseptisé.

Source: http://www.konbini.com/fr/tendances-2/fashion-week-handicap-podium/