Crédit : www.mademoisellemaurice.com - Photo : Stève Siracuse

Du miel sans nuire aux abeilles : une ruche révolutionnaire !

DCIM105GOPRO

Flow Hive, c’est le nom de la ruche qui fait bourdonner Internet. C’est en effet une ruche qui permet de récolter du miel sans stresser ou blesser les abeilles et sans même être ouverte. Deux apiculteurs australiens, Stuart et Cedar Anderson, père et fils, pourraient bientôt révolutionner le métier d’apiculteur.

Flow hive équipe okAu terme de dix années de travail acharné, ils ont mis au point un système d’extraction du miel aussi simple que l’ouverture d’un robinet. Les abeilles ne sont plus perturbées par l’intrusion de l’apiculteur dans la ruche ni par l’enfumage et ne sont plus écrasées lors de la manipulation des cadres sur lesquels se trouve le miel.

Dans l’apiculture dite traditionnelle, au cours d’une journée de travail, l’apiculteur collecte le précieux nectar et, inévitablement, écrase des hyménoptères. Pour Cedar, les méthodes de récolte classique sont trop intrusives pour les insectes, « il doit y avoir une meilleure voie ».

Conçue en bois et en plastique transparent sans bisphénol A, la Flow Hive (comprendre la ruche à écoulement) permet de surveiller le niveau du miel depuis l’extérieur. Quand les alvéoles sont pleines, on ouvre les vannes comme on le ferait pour un robinet d’eau. Le mécanisme scinde verticalement les alvéoles pour laisser s’écouler le miel. L’extraction terminée, la vanne est refermée, les cadres remis en position. Les abeilles refaçonnent naturellement les alvéoles avant de les emplir à nouveau de miel. L’intrusion à l’intérieur de la ruche est limitée et les insectes préservés au mieux du stress et du risque d’écrasement. Selon les concepteurs, les abeilles ne réalisent probablement pas qu’une partie de leur miel s’est échappé. Elles continuent naturellement leur travail de stockage, mais surtout d’insémination des fleurs dans la nature.

Flow hive 2Ces ruches faciles d’utilisation pourraient rendre l’apiculture accessible aux non-initiés désireux d’installer des colonies dans leur jardin et, par là, de produire leur propre miel tout en luttant contre le déclin des populations d’abeilles.

Ce projet est si novateur que la campagne de financement participatif lancée le dimanche 22 février sur le site Indiegogo a littéralement explosé. Alors qu’elle se donnait un peu plus d’un mois pour amasser 70 000 dollars (62 000 euros), la collecte de Cedar et Stuart Anderson comptabilise déjà plus de 4 millions de dollars de financement.

« S’épargner 20 % du travail n’est pas facile, 40 % serait incroyable, 60 % révolutionnaire… Mais 95 %, c’est ahurissant ! » a déclaré Michael Bush, l’un des plus importants apiculteurs des États-Unis, auteur d’ouvrages sur l’apiculture naturelle.

Selon la phrase attribuée communément à Einstein, sans les abeilles, il ne resterait que peu de temps à l’Homme. Tout projet qui va dans le sens de la protection des abeilles est donc aussi un pas pour sauver l’humanité. Si ça ce n’est pas une bonne nouvelle !

Regardez cette vidéo (en anglais) pour bien comprendre comment le système fonctionne :

 

Source : http://nr.news-republic.com/Web/ArticleWeb.aspx?regionid=2&articleid=36691825