Crédit : www.mademoisellemaurice.com - Photo : Stève Siracuse

Le Dauphin, ce drôle d’oiseau

Alexandra LeDauphinTu connais le spectre du Chômage, ce sale bonhomme qu’on a croisé un jour ou qu’on croisera peut-être ? Celui qui nous pourrit la vie, ouvertement ou en mode plus furtif (parce que c’est une plaie, l’animal : quand il te tombe dessus, c’est un job à temps plein de t’en débarrasser). La bonne nouvelle, c’est que la bestiole est tenace, mais pas invulnérable. La preuve : il est tombé un beau jour sur un drôle d’oiseau qui lui a joyeusement botté le train !

Son nom : Alexandra Le Dauphin.

Sa mission, si vous l’acceptez : fabriquer du smile (si, si, ce job existe, elle l’a inventé !).

Drôle de Plume

Alexandra, qui es-tu ?

Je suis une trentenaire, maman de deux enfants, ex-assistante commerciale reconvertie dans la rédaction pour les professionnels et particuliers. Bref, une rédactrice freelance sur Bordeaux.

C’est quoi « Drôle de Plume » ?

C’est de la rédaction print et web, classique ou plus inattendue. J’essaie de peindre, sur les supports de communication de mes clients, des esquisses littéraires qui feront la différence. Le but, pour ceux qui ont envie de franchir le pas, étant de se démarquer. Pour les professionnels plus frileux, je rédige des articles plus traditionnels. Jeux de mots et métaphores filées sont mes pinceaux ; quant à ma peinture, elle est rouge vif pour attirer l’attention. « Drôle de Plume » cherche à prôner une communication pétillante et gentiment insolente.

En somme, tu fabriques du sourire pour tes clients et leurs lecteurs… Et toi, qu’est-ce qui te fait sourire ?

C’est ça. Ce qui me fait sourire : simplement la joie de voir mes enfants s’épanouir, un sketch de Florence Foresti (bon, ok, là, j’éclate de rire), la pensée de rencontrer Simon Baker alias The Mentalist

Au Boulot, Chômette !J’ai cru comprendre que tu étais aussi « maman » d’une certaine Chômette… Parle-nous d’elle !

Sacré boulot d’investigation ! Effectivement, je suis maman depuis peu d’un livre intitulé Au boulot, Chômette ! qui traite du chômage avec humour.

Les offres d’emploi peu pertinentes, Pôle Emploi, les entretiens d’embauche ratés… Quand on est au chômage, les sujets de conversation ne manquent pas, malheureusement. J’ai décidé de m’inspirer de mes propres expériences en termes de recherche d’emploi pour en faire un livre.

Mon livre a (pour l’instant) touché un public issu des réseaux sociaux. Espérons qu’il arrive à dépasser cette limite et à se faire connaître. J’en profite pour dire que ce n’est pas avec sa paye de Chômette que mon héroïne pourra se déplacer en France pour une p’tite tournée de dédicaces. Un appel à contributions a été lancé, avec des contreparties pour les généreux donateurs.
Les fonds récoltés permettront aussi d’imprimer d’autres exemplaires.

Chômage 0 – Chômette 1

Une entreprise et un livre, c’est plutôt productif, pour une période de chômage ! C’est quoi ton secret ?

Je vais te le dire (et c’est écrit dans le livre) : mon secret, c’est capricorne power ! Ne rien lâcher, ne pas se décourager et faire parler de soi. Je passe du temps sur les réseaux sociaux pour gagner en visibilité (et puis parce que j’aime ça) et j’ai la chance d’avoir derrière moi des gens qui y croient depuis le début (clin d’œil au cabinet Andaine Dulac) et qui partagent toujours généreusement mon actualité. J’en profite pour les remercier car, sans eux, je n’y serais jamais arrivée !

Effectivement, tu es très active sur les réseaux : une anecdote ou un souvenir particulier qui te donne le smile dès que tu y repenses ?

Non, pas particulièrement. Disons que ce qui me donne le smile, c’est quand les gens qui me suivent partagent leur journée avec moi et entament de petites délires. C’est comme si nous étions réunis dans une pièce, les frontières virtuelles n’existent quasiment plus dans ces cas-là. Ça me donne une de ces pêches !

La com’ humoristique, c’est un choix particulier : comment as-tu eu l’idée de prendre cette direction ? 

En toute honnêteté, ce n’est pas vraiment moi qui ai eu l’idée. Disons que le noyau dur de mon réseau m’a poussée. J’avais ouvert un blog en 2010, lors de ma recherche d’emploi. Je voulais raconter mes mésaventures professionnelles, mais c’est vite devenu un amas de chroniques humoristiques sur divers sujets. Les gens m’encourageaient, me disant d’en faire un métier. Je répondais : « mais ce n’est pas un métier d’écrire des âneries ». Et puis, l’idée a fait son chemin. Sylvie Janssens, gérante belge de Camily’s, m’a offert ma chance, disant qu’elle voulait mes billets d’humeur pour son site. Elle a été l’élément déclencheur de la machine. Si une professionnelle croyait en la rédaction humoristique, pourquoi pas d’autres ?

Que dirais-tu à un professionnel qui n’oserait pas faire sourire ses clients ?

Qu’il faut tout tenter quitte à tomber pour pouvoir finalement progresser. Beaucoup sont enfermés dans des carcans rigides qui ne leur apportent pas satisfaction. Vivre de sa passion demande du temps, de l’énergie mais en se démenant et en ouvrant porte après porte, on peut y arriver. C’est comme un marathon où il faudrait toujours courir plus et franchir une étape pour se rendre compte qu’il y en a une autre derrière.

Quel est ton dernier smile partagé avec un client ?

J’ai plusieurs choses qui me viennent en tête. Ce n’est pas avec un client mais avec une personne que je ne connaissais même pas. Le virtuel aide à franchir les frontières. La société ODIO qui se bat pour commercialiser sa baffle révolutionnaire a décidé de devenir sponsor de mon livre Au boulot, Chômette ! De mon côté, j’ai décidé de soutenir cette entreprise. Je crois dans son projet tout comme elle croit en mon livre sur le chômage.
Smile réciproque, donc. On se serre les coudes !

Ta définition du bonheur ?

Profiter des éclats de rire de mes enfants tout en bossant chez moi. Le travail à domicile est un luxe qu’il faut savoir gérer sous peine de voir le château de cartes professionnel s’effondrer. Avoir une épaule sur qui compter (mon mari, mon pilier), une famille aimante et des amis réels et virtuels avec qui avancer.

Au Boulot, Chômette ! (12 €) disponible ICI.