Crédit : www.mademoisellemaurice.com - Photo : Stève Siracuse

L’illusion du temps (Brian Greene)

Si l’homme s’échine à mesurer le temps avec une précision croissante depuis des millénaires et à se construire autour, il serait bien en mal de le définir, tant il demeure encore l’un des plus grands mystères de la physique. Car la perception de son flux continu n’est rien d’autre qu’une illusion. C’est Albert Einstein qui, le premier, fait voler en éclats l’hypothèse d’Isaac Newton sur un temps universel et met en lumière qu’il s’agit en réalité d’une expérience subjective. Pourquoi ? « Simplement » parce que le mouvement dans l’espace affecte son écoulement. Einstein révèle ainsi la connexion fondamentale entre espace et temps, induisant au passage que passé, présent et futur existent de la même manière et sans distinction !

Remettre les pendules à l’heure

Ainsi, si la machine à voyager dans le temps reste à inventer, il est déjà théoriquement possible d’accélérer un « aller » vers le futur. Le retour vers le passé, en revanche, serait impossible, mais les physiciens n’arrivent pas encore à le prouver… Brillant physicien autant que vulgarisateur virtuose, Brian Greene livre ici une vision cathodique de son livre best-seller : La magie du Cosmos (éditions Robert Laffont, septembre 2005). Expliquer la passionnante complexité du temps, quand même les physiciens confessent une perplexité sur la notion, relève de la gageure. À force d’images, de comparaisons et d’animations, le « professeur » parvient pourtant à remettre les pendules (de notre ignorance) à l’heure. Car ce voyage dans le temps sape avec habileté nos certitudes quotidiennes. Et si la physique n’y apparaît pas, loin de là, comme un jeu d’enfants, le tout compose un formidable cours d’initiation.