Crédit : www.mademoisellemaurice.com - Photo : Stève Siracuse

Vie de Merveilles n°4

Aujourd’hui, c’est l’hiver, normal, on est en juin. Froid et pluie assaillent mes gambettes qui, sagement, ont accepté de se mettre de part et d’autre de mon deux-roues, n’étant pas rancunières.

Sur mon chemin, un nombre substantiel de SDF : des organisés avec des panneaux « c’est vraiment pour manger » à l’appui, et d’autres, dont le regard vague vous donne envie de ne plus picoler. Comme à chaque fois, je me sens démuni face à tant de misère.

Devant la gare d’Austerlitz, je croise de nouveau une âme en perdition, entourée de canettes vides. L’homme ne prend même pas la peine de lever son regard, quand, dans sa main, je glisse fièrement un billet de 5 euros. Alors que je repars, je vois une voiture de flics s’arrêter. Je peste déjà sur les emmerdes que ces képis vont lui faire, quand le premier, sorti de sa voiture, lance un regard furtif autour de lui. Comme gêné, il lui glisse la même obole et s’empresse de repartir.

Ça fait chaud au cœur de voir que du cœur, il y en a partout et par tous. VDM